«Arbres sous tension» de Jeanne Millet

«Arbres sous tension» de Jeanne Millet, Éditions MultiMondes (2018)

un livre qui propose un accompagnement de l’arbre plutôt que sa taille drastique en milieu urbain. L’exemple d’arbres fortement élagués sous des fils électriques révèle comment la taille peut provoquer des réactions de croissance contraires aux objectifs d’aménagement.

"Dans certains secteurs de Montréal, la cohabitation entre les arbres de rue et les fils électriques est difficile : avec leurs branches amputées et leur tronc tordu, certains arbres ont mauvaise mine. L’élagage de ces arbres effectué pour répondre à des impératifs de sécurité n’est pas sans conséquence, avance la chercheuse.

« Une bataille inutile et coûteuse est menée contre les arbres », écrit-elle dans son ouvrage concis de 135 pages, préfacé par l’ex-maire Pierre Bourque. Croquis et photos à l’appui, elle y détaille les règles d’élagage appliquées par Hydro-Québec. Même si, à Montréal, les arbres sur le domaine public appartiennent à la Ville, c’est Hydro-Québec qui se charge des opérations d’émondage quand ils sont situés près des fils électriques.

« J’ai écrit ce livre à cause des gens qui ne me parlaient que de cette problématique. Quand je vais dans les salons du livre, chacun me raconte l’histoire de son arbre devant sa maison. Ils me disent : “C’est effrayant, Hydro est passé.” », explique-t-elle au Devoir.

À Montréal, les arbres sont parfois plantés directement sous les fils électriques. Pas par choix, mais parce qu’il s’agit du seul espace disponible. Jeanne Millet croit d’ailleurs qu’il vaut mieux planter un arbre à cet endroit que pas du tout. Il est même préférable de planter un arbre directement sous les fils qu’à côté, ce qui, dit-elle, entrave encore davantage son développement."

Extrait du article paru récemment en première page du Journal Le Devoir, au Québec.

Commander Editeur  Multimondes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.