Le Prix ‘Francis de Jonghe’

Le prix Francis DE JONGHE, a été créé en 1999 (et perpétué jusqu'en 2007) par la Société Française d'Arboriculture afin de rendre hommage à l'engagement de M. Francis DE JONGHE pour la reconnaissance de l'Arbre. Ce prix a pour objectif d'aider au financement d'un projet d'intérêt pour le domaine de l'Arboriculture Ornementale. Il peut récompenser un projet de recherche, d'information, de sensibilisation, de prévention, de vulgarisation sur l'arbre, tout public est concerné (entreprises, collectivités, chercheurs, particulier...).

L'Arboriculture Ornementale est apparue en France dans les années 1980 et Francis DE JONGHE (1940 - 1998), entrepreneur et arboriculteur libertaire, fut l'un des précurseurs de cette façon de tailler les arbres autrement. La profession de grimpeur-élagueur fait son apparition ayant pour mission la gestion du patrimoine arboré. La taille d'ornement est alors utilisée pour adapter le végétal  à des contraintes urbaines et humaines. Président de la FIF (FORÊT ILE DE FRANCE), puis Président de la SFA, mais aussi Président du Cercle de qualité Séquoia, ce personnage emblématique aura, sans cesse à cœur, de faire évoluer le métier en utilisant des techniques et matériels de grimper dans le respect de l'arbre en tant qu'être vivant. Un défenseur infatigable de la cause arboricole! 

Aujourd'hui et demain, La SFA continuera à valoriser cet engagement et souhaite relancer le prix Francis DE JONGHE afin d'encourager les passionnés de l'arbre à la promotion et au développement d'une gestion raisonnée des arbres d'ornement.

Ainsi, ont été lauréats de ce prix :

  • En 2007, Philippe Tran Tan Hai de la MSA Ile de France qui depuis 10 ans n’a pas ménagé ses efforts pour faire progresser la prévention des risques en élagage
  • En 2006, le CAUE 77, pour son action en faveur de la prise en compte de l’arbre dans les projets d’urbanisme.
  • En 2005, le laboratoire de l’INRA de Clermont-Ferrand, qui sous la responsabilité de Catherine Coutand a engagé un projet de recherche à propos des causes des ruptures estivales de branches.
  • En 2004, Frédéric Mathias, élagueur, pour sa contribution prépondérante à la production du Guide pratique du grimpeur-élagueur
  • En 2003, Guy-Bernard Jan, élagueur, pour la mise au point d’une nouvelle technique de secours aérien et la mise au point, en partenariat avec la MSA, d’un kit et d’un guide d’utilisation de ce kit d’organisation des secours.
  • En 2001,l’INH d’Angers, enseignant à l’INH d’Angers, pour la rédaction de trois ouvrages : développements végétatifs de la partie aérienne, développement des systèmes racinaires et floraison et taille des arbres et arbustes d’ornement.
  • En 2000, Jac Boutaud (37) en soutien à la création de l’arboretum de la Petite Loiterie

Charte européenne de l’arbre d’agrément

La Charte européenne de l'arbre d'agrément a pour objet de régir les principaux rapports entre l’Homme et l’Arbre d’Agrément. Elle a été rédigée à l’occasion du 2ème Congrès Européen d’Arboriculture tenu à Versailles le 29 septembre 1995 et signée alors par les représentants de l'International Society of Arboriculture présents : France, Italie, Espagne, Allemagne, Autriche, Danemark, Angleterre et Irlande, Norvège.

Depuis, plusieurs villes françaises se sont engagées dans ce processus :

Villeneuve d’Ascq (59), Sorgues (84), Vierzon (18), Bourges (18), Nantes (44), Arles (13), Le Grand Lyon (69), Lille (59), Bordeaux (33), Dourdan (91), Versailles (78), Ormesson sur Marne (94), Lambersart (59).

Charte européenne de l’arbre d’agrément

Article 1 :

L’arbre est un être vivant : il naît, s’épanouit et meurt. Cependant son existence n’est pas à la mesure de l’échelle humaine et peut s’étendre sur plusieurs siècles.

Article 2 :

L'arbre d'agrément, planté et entretenu dans les aménagements urbains, parcs et jardins, en compagnement des voies ou du bâti, joue un rôle essentiel dans l'équilibre écologique de la plupart de nos lieux de vie. Il y apporte du bien-être et les embellit. Par ses rôles et son histoire, il se distingue des arbres forestiers, agricoles ou fruitiers, plantés et entretenus à des fins essentiellement utilitaires. Parfois cependant, l'arbre d'agrément, héritier de ces derniers, est aussi le survivant d'usages passés et à ce titre participe à la mémoire du territoire.

Télécharger la charte en PDF

Résumé des RRA 2013 à Redon (35)

Les championnats régionaux se sont déroulés le 20 et 21 Mai sur le site de l île aux pies, près du spot d’escalade, aux alentours de Redon (35). C’est dans un cadre magnifiquement arboré, le long des rives de l Oust que l’on a pu admirer les prouesses de nos 29 concurrents tout au long de ce week-end.

Le samedi matin, le premier rendez vous était à la vérification du matériel et du registre EPI. Il s’est déroulé par les fournisseurs et les bénévoles sous le barnum. Puis, les jurys ont présenté les « arbres épreuves ». Le lancer de petit sac, les concurrents ont 6 minutes pour équiper deux arbres avec une cordelette et une corde d’accès par arbre.

  • Le grimper rapide, le but est de monter dans l’arbre jusqu’à la cloche située à 15 mètres, le plus rapidement possible. Pour résumer : « Pose ton cerveau et grimpe ».
  • Le footlock, une épreuve très prisée par les concurrents. Elle consiste à grimper sur une corde avec un système de blocage (nœud, poignée) en un minimum de temps.
  • Le secours : « Vite Boby s’est blessé !». Il faut donc le secourir, tout mettre en oeuvre pour appeler les secours et descendre Boby avant que les séquelles ne soient trop graves.
  • Le déplacement, est une épreuve de simulation de taille. C est une mise en situation de ce que peuvent faire les élagueurs arboristes durant leur journée de travail. Le but est de se déplacer vers les 4 balises (une cloche est à taper lorsque l’on arrive sur le poste de travail): la scie, la perche et la bûche que l’on lance dans un périmètre définie. Il y a également le buzzer, il faut aller taper dans la cloche sans trop appuyer sur la branche, ce qui dans le cas contraire fera déclencher le buzzer (ici c’était un petit sac et une bassine d’eau). Une des règles primordiale de ce métier et donc de cette épreuve est que le grimpeur doit être longé sur le poste de travail. Enfin l’épreuve se termine par l’atterissage dans une cible, le tout dans un déplacement avec style et respect de l’arbre.

L’annonce des résultats a été annoncés dans les bars de la commune de Bains sur Oust qui s’est suivit de concert

Puis le lendemain, il y a pour les 5 meilleurs et le meilleur hors région, le MASTER. Cette épreuve va presque réunir toutes les épreuves: équiper l’arbre, se déplacer et le déséquiper.

Une Démonstration de l’épreuve de secours a été réalisée et argumentée par Romain CHIGNARDET et  Didier RIVES ceux qui a permis de voir une des situations que le jury attendait durant cette journée.

Les grandes surprises de ces rencontres sont l’interdiction d’utiliser le zigzag (suite aux accidents survenus en Allemagne et en Nouvelle-Zélande) et l’interdiction de travailler sur un bloqueur mécanique.

Les résultats du master pour ces rencontres régionales 2013 ont été Romain CHIGNARDET, Xavier DESNOS, Damien CHAMPAIN, Jérôme PAGNY (hors région), Steven PROST et Camille LEFORT.

Ces championnats se sont déroulés dans la joie et la bonne humeur (« j’ai envie de dire comme d’habitude »). Une fois de plus, ces rencontres ont été accompagnés de prouesses techniques avec l’utilisation, suivant les situations, de méthodes pouvant faciliter notre métier. Un Grand remerciement aux commerçants, fournisseurs, jurys, bénévoles et organisateurs qui sans eux nous n’aurions pas pu passer ces deux jours mémorables.

Les qualifiés pour les rencontres nationales qui auront lieu à Nancy le samedi 22 et le dimanche 23 juin sont : Romain CHIGNARDET, Xavier DESNOS, Damien CHAMPAIN, Steven PROST, Camille LEFORT, Enoal TESSON, Edouard LUCAS, Stéphane GOULET, Jérome PETIT.

Auteur : Valentin Hello, adhérent centre ouest, praticien

Photos : Valentin Hello

Photo de Romain CHIGNARDET au master : Loez BRICET

Le respect de l’environnement

La gestion des sols
La protection et la pérennisation des arbres en villes sont liées à la problématique du sol urbain : enjeu d’objectifs contradictoires entre les services de voirie et les services d’espaces verts. Les conditions de développement de l’arbre sont celles que l’on veut bien lui accorder.

Article : 'Les sols urbains support de la nature dans la ville' Frédéric Ségur Lettre de la SFA 2006

La gestion de l'eau
"Un arbre est composé d’au moins 60% d’eau. La compréhension de l’arbre en tant que système hydraulique est indispensable pour le diagnostic, les soins et la gestion de l’arbre tout au long de sa vie, qu’il s’agisse de la réussite de nouvelles plantations ou de la réussite du traitement d’un chêne centenaire" – W. Moore, adhérent SFA.

Cf dossier de la Lettre de l'arboriculture de l'hiver 2008 à paraître)

Pour en savoir plus : lisez les Actes du Congrès européen d'arboriculture de Nantes 2006 "Arbres urbains et développement durable"

Une gestion raisonnée des intrants chimiques
Plan de desherbage, gestion différenciée, méthode de paillage, plantation de couvre sol au pied des arbres… L’utilisation raisonnée des intrants chimiques nécessite une évolution dans le travail des professionnels et un nouveau regard de la part du public.

Article : 'Désherbage - vers une utilisation raisonnée des intrants chimiques' Lettre de la SFA 2007

Le respect des arbres

Le respect des arbres au moyen de plans de gestion

Le plan de gestion est établi par le maître d’ouvrages avec l’appui technique d’un expert-conseil en arboriculture.

Dès la phase « conception », il est important qu’un projet de plantation tienne compte des contraintes que pourront rencontrer les gestionnaires de patrimoine arboré.

Pour ce faire, il convient de respecter certains critères :

  • le choix de l'essence adaptée au climat et au lieu,
  • le choix du sujet chez le pépinériste,
  • une réflexion sur la gestion à venir de la plantation : sol, arrosage, taille de formation, taille d'entretien, etc

Pour en savoir plus : Les critères d’une gestion respectueuse des arbres sont expliqués point par point dans les fiches "arbres en questions".

Journée Branchée SFA – IDF : La Taille en Détail

PUBLIC CONCERNE : ARBORISTE GRIMPEUR – EXPERT – GESTIONNAIRE DE PATRIMOINE ARBORE - ENSEIGNANTS

VENDREDI 5 JUILLET A MONTCEAUX LES MEAUX (77) DE 8H00 à 17H00

ELAGAGE  D’UN MAIL D’ULMUS RESISTA SAPORO GOLD

PROBLEMATIQUES RENCONTREES :

-              INCLUSION D’ECORCE

-              TAILLE DE FORMATION TARDIVE

-              ARRACHEMENT DE BRANCHES ET CHARPENTIERES

Avec la collaboration de JAC BOUTAUD, OIVIER JACQMIN, FABRICE SALVATONI

INSCRIPTION OBLIGATOIRE AU PRES DE LA SFA – IDF AVANT LE 27 JUIN 2013
Loïc LATTRON – Délégué régional SFA Ile de France
Loic.lattron@gmail.com – 06 75 00 84 52

Affiche

Programme

1ére Rencontre Océan Indien d’Arboriculture

Le Comité d’Arboriculture de l’Océan Indien (CAOI) et la Société Française d'Arboriculture (SFA) vous remercient chaleureusement pour avoir participé à la réussite de la 1ére Rencontre Océan Indien d'Arboriculture (ROIA) qui s'est tenu le vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 Mai 2013 au Jardin de l'État à Saint Denis.

Cet événement est une première pierre à notre objectif de rassembler la filière arboricole dans toute sa diversité : collectivités territoriales, maîtres d'ouvrages, entreprises de paysage et d’élagage, fournisseurs, enseignants, chercheurs, concepteurs, experts, gestionnaires ...

Tous réunis autour de l'Arbre et de ses nombreuses ramifications dans le domaine professionnel et amateur.

  • Merci aux organisateurs, aux bénévoles au sol et dans les arbres "endormis",
  • Merci aux compétiteurs qui se sont prêtés au jeu et aux jurys des différentes épreuves,
  • Merci aux familles qui se sont jointes à nous et ont soutenu l'événement,
  • Merci à tous les partenaires qui nous ont apporté leur soutien,
  • Merci au public qui est venu assisté au Rencontres.

Avec votre aide nous avons, au moins en partie :

  • Mis en place un événement, gratuit et accessible à tous, qui rassemble tous les acteurs de l’arboriculture ornementale
  • Permis à 11 compétiteurs arboristes-grimpeurs de participer aux différentes épreuves devant de nombreux spectateurs venu les observer.
  • Organisé une initiation à la Grimpe dans les Arbres tous public encadrée par "ArboRun" (CAOI) et co-encadrée par de nombreux bénévoles.
  • Informé les professionnels et le public sur la réglementation et la sécurité.
  • Sensibilisé au respect des bonnes pratiques de tailles et de gestion du patrimoine arboré
  • Mis en valeur les utilisations du bois de goyavier par le Conseil Général
  • Permis aux fabricants et distributeurs de matériel d’exposer leur gamme de produits auprès d’un public ciblé
  • Donné la possibilité aux associations diverses, syndicats et  écoles de présenter leurs activités et leurs actions
  • Suscité des vocations auprès des jeunes
  • Sélectionné les 3 concurrents DOM-TOM pour les rencontres nationales de Nancy (juin 2013)

Nous comptons sur vous pour la prochaine édition du ROIA en 2014, celle-ci tiendra compte de cette première expérience et sera encore plus riche en concurrents, intervenants passionnés, démonstrations, workshop ...

Author : L'équipe du CAOI, Comité d'Arboriculture de l'Océan Indien (C.A.O.I), 4 chemin des Goyaves 97470 SAINT-BENOIT, Président : Jerry CHAN-VOC-CHUN, 0692 87 80 31, contact@caoi.rewww.caoi.re

Colloque 2013 Nancy

Préinscription au colloque uniquement en ligne via ce formulaireDéroulement du colloque.

  • 20. et 21. juin  2013 

JEUDI 20 JUIN DE 8H30 À 17H30

  • La sharka (Plum Pox Virus) est considérée comme la plus grave des maladies à virus des arbres fruitiers à noyau en Europe par Thomas Coutal (Fredon Lorraine).
  • L’ustuline brulée (Ustulina deusta), un champignon lignivore discret, du repérage au diagnostic par Pierre Aversenq (Chlorophyl’Assistance, Toulouse).
  • Les mortalités et ruptures de charpentière de platane dû à Massaria platani par Pierre Aversenq (Chlorophyl’Assistance, Toulouse).
  • La chalarose du frêne (Chalara fraxinea) : un nouvel exemple d’invasion biologique, par Claude Husson (INRA Nancy).
  • Le chancre coloré du platane : modalités de gestion (Ceratocystis fimbriata), par Emilie Collet (VNF, Toulouse)
  • Les dépérissements liés à phytophtora (Phytophthora alni, cinnammomi et ramorum), des pathogènes sous haute surveillance par Nathalie Schenk (ANSES, Nancy).
  • Flétrissement Américain du chêne (Ceratocystis fagacearum) : évaluation du risque et prévention de son introduction, par Jean Pinon (INRA Nancy)
  • Le chancre bactérien du marronnier, (Pseudomonas syringae), symptômes, conséquence et suivipar François Freytet (Ville de Lille)

JEUDI 20 JUIN À PARTIR DE 20H

  • Rémi Caritey exerce depuis trente ans l’un de ces métiers improbables et méconnus dont la forêt a le secret : récolteur de graines d’arbres. Il est l’auteur du livre « Les vertiges de la forêt ». A l’occasion d’un dîner débat dans le grand salon de l’hôtel de ville, il présentera en images son activité, source de la production de forêts de qualité pour la filière bois, avec en arrière-plan les questions liées à la sylviculture et à la biodiversité.

VENDREDI 21 JUIN DE 8H30 À 12H

  • Le capricorne asiatique (Anoplophora glabripennis), repérage, lutte et suivi par Brigitte Delahaye-Panchout (DRAAF Alsace).
  • Le charançon du palmier, une épidémie attendue (Rhynchophorus ferrugineus) par Claudio Littardi (Centro Studi e Ricerche delle Palme di San Remo, Italie).
  • Les chenilles processionnaires (Thaumetopoea pityocampa et processionea) une lutte pour la santé publique par Robert Bigel (Agrobiotech, Nice).
  • La mineuse du marronnier (Cameraria ohridella), retour d’expérience sur plus de dix ans de contamination par Sylvie Augustin (INRA, Orléans).

VENDREDI 21 JUIN DE 13H45 À 17H

5 visites professionnelles permettront de découvrir le territoire du Grand Nancy et les enjeux liés à l’arbre. Organisées autour de 5 thématiques différentes, elles proposeront des durées et des parcours variés.

  • Visite professionnelle 1 : Du conservatoire au labo
    L’arboretum d’Amance de l’INRA, créé dans les premières années du 20e siècle, est à la fois un conservatoire d’espèces, un support d’enseignement et un terrain pour tester l’introduction d’essences nouvelles. Le laboratoire travaille entre autre sur le déperrissement du frêne. (Prévoir une tenue adaptée pour cette visite en milieu naturel.)
  • Visite professionnelle 2 : Branches de botanistes
    Avec plus de 12 000 espèces en culture, le Jardin Botanique du Montet est un véritable musée des plantes qui témoigne de l’extraordinaire richesse du monde végétal. Il est devenu un des plus importants équipements botaniques français, ses arbres en sont témoins.
  • Visite professionnelle 3 : L’arbre sur un Ecoplateau
    Le projet de l’architecte-urbaniste paysagiste Alexandre Chemetoff puise son inspiration de la situation géographique du Plateau de Haye à la lisière du massif de la Forêt de Haye qui couvre plus de 10 000 hectares et de son riche patrimoine végétal et animal. L’ambition de cet écoQuartier de 440 hectares est de retrouver un esprit forestier, de faire entrer la nature dans la ville.
  • Visite professionnelle 4 : Sur les rives arboricoles
    Les Rives de Meurthe représentent l’un des deux grands sites de réaménagement urbain de l’agglomération nancéienne. Cette zone géographique située entre la Meurthe et le Canal de la Marne au Rhin, couvre 20 % du territoire communal nancéien. L’arbre y structure les espaces.
  • Visite professionnelle 5 : Embranchements de centre-ville
    L’arbre urbain est à l’aise en centre-ville. Il s’installe notamment à la « Pépinière », un parc d’une superficie de 21,7 hectares.
    L’Ecole royale forestière est fondée à Nancy par l’Ordonnance du 26 août 1824, devenu Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts (au sein d’AgroParisTech) est internationalement réputée. Son jardin abrite des essences rares.
    NB : cette visite n°5 peut se faire à la carte en fonction des obligations horaires des participants.

CONTACTS

Direction des Parcs et Jardins
56 rue des Tiercelins 54000 Nancy France
Tél. +33(0)3 83 36 59 04
E-mail : parcsetjardins@mairie-nancy.fr

Réservez votre hébergement sans frais : contactez le service de réservations de Nancy Tourismepour des disponibilités en temps réel, du quatre étoiles à la résidence hôtelière.
par téléphone : 03 83 35 84 71
par courriel : mlaure.clausse@ot-nancy.fr
ou réservez en ligne : http://www.nancy-tourisme.fr/mes-reservations/?modele=reserver_hotel

Pour une Gestion Durable des Patrimoines Arborés