Archives par mot-clé : charte

Charte de l’arbre pour le Grand Lyon

16Onze ans se sont écoulés depuis l’adoption de la première Charte de l’arbre du Grand Lyon, bref laps de temps au regard de la vie des arbres. Durant cette période, la façon d’envisager la place de l’arbre en ville a cependant sensiblement évolué au point qu’il apparaît aujourd’hui indispensable de renouveler cette démarche.

Au travers de la Charte de l’arbre, les signataires font connaître leur adhésion aux grands principes qu’elle développe. Mais au-delà de la simple déclaration d’intention, la charte de la forêt urbaine entend être avant tout un outil au service de l’action. Chaque signataire s’engage ainsi à mettre en œuvre à son échelle les recommandations de la charte au travers d’un plan d’actions rendu public.

Charte européenne de l’arbre d’agrément

La Charte européenne de l'arbre d'agrément a pour objet de régir les principaux rapports entre l’Homme et l’Arbre d’Agrément. Elle a été rédigée à l’occasion du 2ème Congrès Européen d’Arboriculture tenu à Versailles le 29 septembre 1995 et signée alors par les représentants de l'International Society of Arboriculture présents : France, Italie, Espagne, Allemagne, Autriche, Danemark, Angleterre et Irlande, Norvège.

Depuis, plusieurs villes françaises se sont engagées dans ce processus :

Villeneuve d’Ascq (59), Sorgues (84), Vierzon (18), Bourges (18), Nantes (44), Arles (13), Le Grand Lyon (69), Lille (59), Bordeaux (33), Dourdan (91), Versailles (78), Ormesson sur Marne (94), Lambersart (59).

Charte européenne de l’arbre d’agrément

Article 1 :

L’arbre est un être vivant : il naît, s’épanouit et meurt. Cependant son existence n’est pas à la mesure de l’échelle humaine et peut s’étendre sur plusieurs siècles.

Article 2 :

L'arbre d'agrément, planté et entretenu dans les aménagements urbains, parcs et jardins, en compagnement des voies ou du bâti, joue un rôle essentiel dans l'équilibre écologique de la plupart de nos lieux de vie. Il y apporte du bien-être et les embellit. Par ses rôles et son histoire, il se distingue des arbres forestiers, agricoles ou fruitiers, plantés et entretenus à des fins essentiellement utilitaires. Parfois cependant, l'arbre d'agrément, héritier de ces derniers, est aussi le survivant d'usages passés et à ce titre participe à la mémoire du territoire.

Télécharger la charte en PDF