Archives par mot-clé : gestion

Espèces invasives : des arbres européens en Chine

Aujourd’hui, la majorité des espèces exotiques introduites en Europe viennent d’Asie. Les scientifiques travaillent à mettre au point des méthodes de détection précoce des espèces potentiellement dangereuses pour les forêts européennes.

« La majorité des espèces récemment arrivées en Europe viennent d’Asie, en particulier celles colonisant les essences forestières. Entre 2000 et 2008, 57 % des insectes xylophages envahissants étaient originaires d’Asie. Ce continent a détrôné l’Amérique du Nord en tant que pourvoyeur d’espèces invasives, tous groupes confondus, vers l’Europe »,explique Alain Roques, directeur de l’unité de Zoologie forestière à l’inra d’Orléans.

Roques« En général, ces ravageurs ou parasites ne font aucun dégât dans leur pays d’origine. Soit qu’ils ont leurs ennemis naturels, soit que les espèces-hôtes sont plus résistantes. À partir de ce constat, nous avons planté des arbres ‘sentinelles’ en Asie : cyprès, hêtres, charmes, sapins et trois espèces de chênes. Au total sept essences communes aux forêts d’Europe. Mais nous regrettons de ne pas avoir obtenu d’autorisations pour les pins ». Ces travaux ont été réalisés dans le cadre d’un projet européen (PRATIQUE) dont Alain Roques a coordonné la partie française. Plus d'information et sources sous : inra.fr

Guide sur l’intégration des arbres dans le bâti intitulé

Le collectif « Tree and Design Action Group » (TDAG) vient de lancer un nouveau guide sur l'intégration des arbres dans le bâti intitulé : 'Trees in Hard Landscapes: A Guide for Delivery' (164 pages, en anglais). 

Ce guide traite de la démarche de projet, fait le point de l'état des connaissances et des techniques permettant d'assurer longévité tant des arbres que des (infra)structures qui les entourent et propose 32 études de cas tirés d'exemples d'un peu partout dans le monde (dont, vous ne serez pas surpris, l'excellent travail de Frédéric Ségur au Grand Lyon !).

Bien que rédigé en anglais, cette publication constitue une ressource de premier ordre pour les professionels impliqués en France dans les projets de voiries urbaine et d'espaces publics, de paysage, et de foresterie urbaine : la synthèse pragmatique et plurididciplinaire des connaissances qu'elle apporte est unique en son genre.

Un point complementaire d'importance : le téléchargement de ce guide est gratuit sur le site du collectif TDAG : www.TDAG.org.uk.

Le Prix ‘Francis de Jonghe’

Le prix Francis DE JONGHE, a été créé en 1999 (et perpétué jusqu'en 2007) par la Société Française d'Arboriculture afin de rendre hommage à l'engagement de M. Francis DE JONGHE pour la reconnaissance de l'Arbre. Ce prix a pour objectif d'aider au financement d'un projet d'intérêt pour le domaine de l'Arboriculture Ornementale. Il peut récompenser un projet de recherche, d'information, de sensibilisation, de prévention, de vulgarisation sur l'arbre, tout public est concerné (entreprises, collectivités, chercheurs, particulier...).

L'Arboriculture Ornementale est apparue en France dans les années 1980 et Francis DE JONGHE (1940 - 1998), entrepreneur et arboriculteur libertaire, fut l'un des précurseurs de cette façon de tailler les arbres autrement. La profession de grimpeur-élagueur fait son apparition ayant pour mission la gestion du patrimoine arboré. La taille d'ornement est alors utilisée pour adapter le végétal  à des contraintes urbaines et humaines. Président de la FIF (FORÊT ILE DE FRANCE), puis Président de la SFA, mais aussi Président du Cercle de qualité Séquoia, ce personnage emblématique aura, sans cesse à cœur, de faire évoluer le métier en utilisant des techniques et matériels de grimper dans le respect de l'arbre en tant qu'être vivant. Un défenseur infatigable de la cause arboricole! 

Aujourd'hui et demain, La SFA continuera à valoriser cet engagement et souhaite relancer le prix Francis DE JONGHE afin d'encourager les passionnés de l'arbre à la promotion et au développement d'une gestion raisonnée des arbres d'ornement.

Ainsi, ont été lauréats de ce prix :

  • En 2007, Philippe Tran Tan Hai de la MSA Ile de France qui depuis 10 ans n’a pas ménagé ses efforts pour faire progresser la prévention des risques en élagage
  • En 2006, le CAUE 77, pour son action en faveur de la prise en compte de l’arbre dans les projets d’urbanisme.
  • En 2005, le laboratoire de l’INRA de Clermont-Ferrand, qui sous la responsabilité de Catherine Coutand a engagé un projet de recherche à propos des causes des ruptures estivales de branches.
  • En 2004, Frédéric Mathias, élagueur, pour sa contribution prépondérante à la production du Guide pratique du grimpeur-élagueur
  • En 2003, Guy-Bernard Jan, élagueur, pour la mise au point d’une nouvelle technique de secours aérien et la mise au point, en partenariat avec la MSA, d’un kit et d’un guide d’utilisation de ce kit d’organisation des secours.
  • En 2001,l’INH d’Angers, enseignant à l’INH d’Angers, pour la rédaction de trois ouvrages : développements végétatifs de la partie aérienne, développement des systèmes racinaires et floraison et taille des arbres et arbustes d’ornement.
  • En 2000, Jac Boutaud (37) en soutien à la création de l’arboretum de la Petite Loiterie

Charte européenne de l’arbre d’agrément

La Charte européenne de l'arbre d'agrément a pour objet de régir les principaux rapports entre l’Homme et l’Arbre d’Agrément. Elle a été rédigée à l’occasion du 2ème Congrès Européen d’Arboriculture tenu à Versailles le 29 septembre 1995 et signée alors par les représentants de l'International Society of Arboriculture présents : France, Italie, Espagne, Allemagne, Autriche, Danemark, Angleterre et Irlande, Norvège.

Depuis, plusieurs villes françaises se sont engagées dans ce processus :

Villeneuve d’Ascq (59), Sorgues (84), Vierzon (18), Bourges (18), Nantes (44), Arles (13), Le Grand Lyon (69), Lille (59), Bordeaux (33), Dourdan (91), Versailles (78), Ormesson sur Marne (94), Lambersart (59).

Charte européenne de l’arbre d’agrément

Article 1 :

L’arbre est un être vivant : il naît, s’épanouit et meurt. Cependant son existence n’est pas à la mesure de l’échelle humaine et peut s’étendre sur plusieurs siècles.

Article 2 :

L'arbre d'agrément, planté et entretenu dans les aménagements urbains, parcs et jardins, en compagnement des voies ou du bâti, joue un rôle essentiel dans l'équilibre écologique de la plupart de nos lieux de vie. Il y apporte du bien-être et les embellit. Par ses rôles et son histoire, il se distingue des arbres forestiers, agricoles ou fruitiers, plantés et entretenus à des fins essentiellement utilitaires. Parfois cependant, l'arbre d'agrément, héritier de ces derniers, est aussi le survivant d'usages passés et à ce titre participe à la mémoire du territoire.

Télécharger la charte en PDF

Le respect de l’environnement

La gestion des sols
La protection et la pérennisation des arbres en villes sont liées à la problématique du sol urbain : enjeu d’objectifs contradictoires entre les services de voirie et les services d’espaces verts. Les conditions de développement de l’arbre sont celles que l’on veut bien lui accorder.

Article : 'Les sols urbains support de la nature dans la ville' Frédéric Ségur Lettre de la SFA 2006

La gestion de l'eau
"Un arbre est composé d’au moins 60% d’eau. La compréhension de l’arbre en tant que système hydraulique est indispensable pour le diagnostic, les soins et la gestion de l’arbre tout au long de sa vie, qu’il s’agisse de la réussite de nouvelles plantations ou de la réussite du traitement d’un chêne centenaire" – W. Moore, adhérent SFA.

Cf dossier de la Lettre de l'arboriculture de l'hiver 2008 à paraître)

Pour en savoir plus : lisez les Actes du Congrès européen d'arboriculture de Nantes 2006 "Arbres urbains et développement durable"

Une gestion raisonnée des intrants chimiques
Plan de desherbage, gestion différenciée, méthode de paillage, plantation de couvre sol au pied des arbres… L’utilisation raisonnée des intrants chimiques nécessite une évolution dans le travail des professionnels et un nouveau regard de la part du public.

Article : 'Désherbage - vers une utilisation raisonnée des intrants chimiques' Lettre de la SFA 2007

Le respect des arbres

Le respect des arbres au moyen de plans de gestion

Le plan de gestion est établi par le maître d’ouvrages avec l’appui technique d’un expert-conseil en arboriculture.

Dès la phase « conception », il est important qu’un projet de plantation tienne compte des contraintes que pourront rencontrer les gestionnaires de patrimoine arboré.

Pour ce faire, il convient de respecter certains critères :

  • le choix de l'essence adaptée au climat et au lieu,
  • le choix du sujet chez le pépinériste,
  • une réflexion sur la gestion à venir de la plantation : sol, arrosage, taille de formation, taille d'entretien, etc

Pour en savoir plus : Les critères d’une gestion respectueuse des arbres sont expliqués point par point dans les fiches "arbres en questions".